Réveillez l'entrepreneur qui sommeille en vous et propulsez vos idées / Startupeers.co

< Retour

M'inscrire /

Me connecter

Enterprise 2.0 Summit – day one.

Cette première journée de l’enterprise 2.0 Summit a été très instructive, mention spéciale pour les rencontres & échanges passionnants entre les conférences, et riche des retours d’expérience des différents orateurs (difficile d’ailleurs de faire un choix entre les 3 conférences proposées en // sur chaque tranche horaire).

C’est pourquoi, plutôt que de vous livrer mes comptes rendus et analyses « à chaud », je préfère me contenter de vous faire part dans un premier temps de mes ressentis. Ça me permettra de vous proposer à froid d’ici quelques jours des billets plus complets incluants storify, analyses, points de vue, … sur ces deux journées !

Enterprise 2.0 Summit   day one.

Concernant mes ressentis, si je suis satisfait du « niveau » des intervenants et des séances de questions réponses auxquels ils se sont tous prêtés de manière très agréable, je reste sur ma faim sur le contenu encore trop « théorique » à mes yeux.

En effet, j’aurais aimé que l’on nous présente quelques exemples très concrets pour étayer le propos et surtout ancrer le discours (que toute l’audience partageait déjà) encore plus dans la réalité.

Également, j’aurais apprécié que nous soient présentés en regard des « bonnes pratiques » (même si le terme n’est pas adapté) des exemples d’échecs mettant en exergue le fait que même si le terreau est là pour que l’esprit 2.0 prenne, parfois ça ne marche pas du premier coup. Tirer les enseignements de nos échecs et être capable de les partager avec transparence est d’ailleurs à mon sens un des fondements de l’entreprise 2.0….

Enfin, même si Richard Colin nous a longuement parlé de « flesh » lors de la keynote de fermeture, cette première journée à été essentiellement centrée sur les outils, plateformes, … et pas assez sur l’humain et ses postures, mentalités, pratiques, … au milieu d’un monde qui change et qui se transforme (peut être est ce moins évident à présenter de manière attractive ?).

Mais comme je le disais en guise d’introduction, les échanges « hors conférences » ont été riches et variés et finalement c’est peut être ça le plus important voire à ça que servent les conférences : nous donner (encore plus) matière à échanger, partager, discuter, argumenter et construire l’entreprise 2.0 !

Auteur : Fabien Grenet Fabien a effectué 345 contributions sur Startupeers.

Propulseur d'idées passionné par l'innovation et le monde numérique. Fondateur de Startupeers et d'HENSEN conseil, agence qui propose aux startups, PME et grands groupes une approche créative décuplant l’innovation et permettant de passer rapidement de l’idée au produit sur le marché. Geek sur les bords et fan du Japon à ses heures perdues.

3 Comments

  1. Je n’y étais malheureusement pas mais j’y serais demain – pour les retours vu par un collègue, j’ai pas trop cette impression. Peut être cela dépend de vos choix de conférence…

    Sinon, j’y serais demain.

    Vu de loin, le seul truc que je reproche, c’est un déséquilibre entre la journée du jeudi qui semble très (trop ?) riche au vu de la multiplicité des intervenants et des retours d’XP. Demain semble moins riche et j’espère me tromper et que ce n’est qu’une histoire de présentation…

    Reply
  2. Zut j’ai oublié de dire : sur la partie échec, faut-il encore que les européens se sentent suffisamment mature. Cela a été un sujet aux conf US de mémoire cette année (e2conf, Jive World, etc). Ce sera peut être le cas pour l’année prochaine en Europe ?

    Pour le moment, on en est encore peut être trop au stade d’initiatives en Europe pour avoir un vrai retour d’XP sur les échecs (arrive-t-on seulement déjà à les identifier et analyser correctement ?)

    Rien que pour la plateforme sur laquelle je travaille, j’en suis encore incapable (et aussi par manque de temps)

    Reply
    • Salut Nicolas, content de te voir demain !

      Peut être en effet que les confs auxquelles j’ai assisté étaient moins riches en concret que celles vues par ton collègue, ou peut être que mes attentes sont trop élevées (car pas forcement évident à présenter dans un format comme celui du e20s).

      Pour les échecs, je suis d’accord avec toi, nous manquons certainement de recul en Europe mais également de maturité à aborder les « fails ».

      Probable également que bcp de travailleurs 2.0 auraient envie de parler des échecs qu’ils ont vécus mais sont « verrouillés » par leur entreprise sur ce point..

      J’ai constaté en Off des conférences que la parole est plus libre (ce qui n’a rien d’étonnant) mais du coup les retours d’expérience bénéficient à beaucoup moins de monde !

C'est à vous !