Réveillez l'entrepreneur qui sommeille en vous et propulsez vos idées / Startupeers.co

< Retour

M'inscrire /

Me connecter

Innovation, intraprenariat et incubateurs en entreprise – interview de Lomig Unger

Innovation, intraprenariat et incubateurs en entreprise   interview de Lomig Unger

Bonjour Lomig, peux tu te présenter aux lecteurs d’haikusages ?

Salut, j’ai 38 ans bientôt, je suis marié à une femme formidable, et nous avons deux petites filles merveilleuses. Je suis docteur en physique, et je travaille dans un grand groupe industriel. Après quelques années passées dans des projets de recherche comme ingénieur, j’ai basculé dans un nouveau métier – animateur de communauté – parce que j’avais développé en parallèle de mon job une activité intense de blogging, réseau sociaux, etc.. J’ai voulu concilier les deux et j’ai eu la chance de rencontrer une hiérarchie favorable à l’arrivée de « collaboratif » dans l’innovation. J’anime à présent un dispositif d’appel à idées internes où nous sollicitons les collaborateurs pour proposer des idées de produits ou de services, sur des thématiques assez large.

Dans les commentaires du billet  » Et si l’entreprise devenait un incubateur comme un autre « , tu indiquais avoir mis en oeuvre une démarche similaire. Peux tu nous en dire plus ?

Les appels à idées conduisent souvent à des idées intéressantes qu’il convient de « creuser », structurer, travailler. C’est le rôle des « incubateurs » internes. Ce ne sont que des zones de l’intranet dédiées à une idée en particulier et permettant de légitimer le sujet, et de regrouper autour les personnes motivées et/ou compétentes pour le pousser. Ces sujets peuvent être passés en revue, discutés, partagés dans une réunion hebdomadaire (L’Atelier des idées) ouverte à tous avec une vraie liberté de parole. Convivialité, esprit critique et bienveillance sont les mots d’ordre !

Les appels à idées conduisent souvent à des idées intéressantes qu’il convient de « creuser », structurer, travailler [...] Ces sujets peuvent être passés en revue, discutés, partagés dans une réunion hebdomadaire (L’Atelier des idées) ouverte à tous avec une vraie liberté de parole.

Quels points particuliers souhaites tu mettre en avant sur le déroulement de ce projet d’incubateur interne, quels bénéfices as tu constaté ou quelles difficultés as tu rencontré ?

Ce que nous avons appris, c’est qu’il est toujours difficile de faire exister des sujets qui sont « non-officiels ». C’était le pari de départ, l’inspiration : les projets temps libres chez Google, Pixar ou 3M. Pour être capables d’innover il faut être aussi capable, en tant qu’organisation, de laisser libre cours à la créativité, à la motivation des individus quelle que soit leur place dans la firme. Les incubateurs sont donc basés sur le volontariat et la motivation. Notre travail d’accompagnement est sur deux plans : méthodologique (nous utilisons beaucoup la méthode C-K pour aider la structuration du travail de conception), et projet (nous aidons les membres de l’incubateur, les porteurs d’idées à trouver les appuis dans les métiers et chez les experts pour faire avancer leur idée).

Pour être capables d’innover il faut être aussi capable, en tant qu’organisation, de laisser libre cours à la créativité, à la motivation des individus, quelle que soit leur place dans la firme

As tu prévu d’autres étapes pour enrichir cette démarche ? (tu évoquais en particulier le cas des FabLab)

Dans la démarche « incubateurs », nous sommes souvent confrontés au fait que les métiers (nos clients internes) sont déjà très chargés. Et nous sommes souvent contraints de rentrer les sujets un peu « en force » ; ce qui est contreproductif et carrément à l’opposé de notre volonté de faire des choses de manière enthousiaste et informelle, sur base de volontariat. Par ailleurs, il y a une partie du travail de conception qui ne peut se faire que dans la réalisation, dans la concrétisation. Pour cette partie, nous avons besoin des métiers pour regrouper de manière transverse toutes les compétences autour du sujet.

Le « fablab » interne que nous sommes en train de monter, qui ne sera au départ ouvert qu’aux collaborateurs du groupe, servira à avancer sur ces deux sujets : prolonger l’activité de conception par le « faire », ensemble, et intégrer les clients internes dans le jeu, plus tôt dans le processus. Nous commencerons par utiliser ce fablab pour mener des ateliers de créativité, et nous l’équiperons peu à peu. Pour l’instant, c’est une pièce vide, mais riche de cette vision.

il y a une partie du travail de conception qui ne peut se faire que dans la réalisation, dans la concrétisation [...] Le « fablab » interne que nous sommes en train de monter [...] (servira à) prolonger l’activité de conception par le « faire », ensemble, et intégrer les clients internes dans le jeu, plus tôt dans le processus

Je te remercie du temps accordé à haikusages, et te laisse le mot de la fin !

Pour finir : les idées n’avancent pas seules, elles ont besoin d’un porteur de projet, passionné, mais aussi capable d’une grande écoute. Et aucune organisation, aussi complète soit-elle, ne peut prétendre savoir d’où et de qui partira la prochaine excellente idée. Il convient donc de laisser une place pour ces explorations amont, multimétiers, basées sur le volontariat et la passion pour l’innovation. Et tout cela ne peut se faire que dans une ambiance dénuée de peur (dans tous les sens du terme), acceptant les erreurs, les apports externes, la joie de la confiance dans les autres.

aucune organisation, aussi complète soit-elle, ne peut prétendre savoir d’où et de qui partira la prochaine excellente idée

 

Innovation, intraprenariat et incubateurs en entreprise   interview de Lomig UngerLomig Unger

Docteur en physique,  animateur de communauté, blogueur, intrapreneur, passionné par le  web & l’innovation ! Lomig partage ses découvertes sur Twitter (@Blomig) et sur son blog personnel (Blomig).

Auteur : Fabien Grenet Fabien a effectué 337 contributions sur Startupeers.

Propulseur d'idées passionné par l'innovation et le monde numérique. Fondateur de Startupeers et d'HENSEN conseil, agence qui propose aux startups, PME et grands groupes une approche créative décuplant l’innovation et permettant de passer rapidement de l’idée au produit sur le marché. Geek sur les bords et fan du Japon à ses heures perdues.

1 Comment

C'est à vous !